Comme chaque année, la Banque Alimentaire fait appel à toutes les bonnes volontés pour organiser sa récolte de denrées dans les supermarchés. Et une nouvelle année, le groupe Charcot s’est mobilisé.

Après quelques périples pour trouver un magasin qui voulait bien nous recevoir, nous avons été accueillis par le Monoprix des Bruyères.

C’est le vendredi 27 et samedi 28 novembre que se déroulait l’événement. À tour de rôle et durant deux jours, nous nous sommes retrouvés, en uniforme, pour distribuer à chaque client les petits tracts d’information mais également réceptionner leurs dons.

Tracter, pour informer les clients

Faire appel à la générosité demande avant tout d’informer les clients sur l’événement. Les éclaireurs s’en sont chargés.

Lors de la distribution des tracts, le « bonjour » à toute son importance, et on l’entend à toutes les sauces. Il y avait : les bonjours pleins d’exclamation « BONJOUR ! », les bonjours à demi-formulés « B’jour » , les bonjours timides mais pas moins joyeux « … bonjour … » et enfin, les bonjours désespérés face aux gens qui ne répondaient pas « Bonn… ».

Campagne 2009

Mais sans se décourager et tout sourire, les éclaireurs ont continué de distribuer les prospectus et d’expliquer ce qu’est la Banque Alimentaire.

Mais qu’est-ce que la Banque Alimentaire ?

La Banque Alimentaire est une association à but humanitaire qui collecte, gère et partage des denrées alimentaires pour aider l’homme à se restaurer. L’action se fonde sur la gratuité, la lutte contre le gaspillage, le don, le partage, le bénévolat et le mécénat.

Rappel de l’histoire de cette association :En 1984, face à la montée de la pauvreté, plusieurs associations caritatives se réunissent pour créer la première Banque Alimentaire française à Paris. Aujourd’hui la Banque Alimentaire couvre presque tout le territoire français et est implantée dans 17 pays européens.

La réception des dons

À l’intérieur du magasin, les responsables se sont occupé de récupérer les aliments que les clients donnaient.

Attention, à chaque carton son aliment. Ainsi, le carton n°1 était pour les pâtes et le riz, le carton n°2 pour les gâteaux et ainsi de suite. Lorsque qu’une personne arrivait les bras chargés, il fallait donc être vif et surtout remplir les cartons sans se tromper.

Soulignons que les gens ont majoritairement fait l’effort de donner quelque chose. Nous avions tant des personnes qui venaient avec trois sacs plastiques remplis à ras bord, que d’autres qui donnaient rapidement un petit paquet de gâteaux et se dépêchaient de disparaître.

Les enfants aussi ont été généreux même si, pour certains d’entre eux, la démarche s’est avérée difficile. Nous nous souvenons notamment « des timides » qui faisaient des pas laborieux pour arriver jusqu’aux cartons et venaient déposer les petites choses qu’ils avaient, généreusement, choisi dans le magasin. De plus, nous avons une pensée pleine d’admiration envers les « gourmands », qui étaient un peu malheureux de devoir donner la tablette de chocolat, qu’ils auraient bien dévorée au goûter !

Enfin, on s’aperçoit que les gens choisissent réellement les aliments qu’ils vont donner. Les parents vont plutôt choisir des aliments pour bébé. Les jeunes, des gâteaux et des pâtes. Enfin, les personnes âgées choisissent des choses de bonnes qualité : de bonnes boîtes de conserve et parfois même, du foie gras ! On se rend donc compte que chacun, à sa façon, cherche à faire plaisir à la personne à qui il destine son don.

Le bilan

Participer à la Banque Alimentaire, ce n’est pas toujours une partie de plaisir… Pour ceux qui distribuent les tracts, être confronté aux clients ne répondent pas, c’est insupportable ! Et pour ceux qui récoltent les dons, c’est la course perpétuelle! Comme l’on se sent désarmé lorsque, surgissant de partout et tous au même moment, les clients se ruent sur vous pour vous donner leurs denrées. Dans ce cas-là, on oublie son mal de dos et on garde le sourire …

Mais, malgré ces moments difficiles, nous revenons chez nous, heureux et rempli d’une bonne fatigue ! Merci à Anette, Arthur, Astrid, Clotilde, Elora, Esnest, Lola, Ludo, Matthieu et Richard mais aussi à Axis, Mérens, Otarie, Panthère et Savacou d’avoir donné de leur temps, pour cette cause. Grâce à leurs aides, nous avons récolté 35 cartons bien pleins.

Au total, les contributions de ce week-end auront permis à la Banque Alimentaire de récolter 1547 tonnes de vivres, soit 3 100 000 repas.

Anatis

Publicités